La langue, la bouche, la voix : vecteurs d'un plaisir paradoxal dans le théâtre atrabilaire de Beckett ?

Résumé : Cet article a pour but d'explorer l'esthétique paradoxale qui prévaut dans le théâtre de Beckett (Godot, Fin de Partie etc.). Faite d'épuisement progressif de l'action et du dialogue, cette esthétique développe et retravaille sans cesse la notion d'aporie, qui loin d'être synonyme de silence stérile permet de développer un nouveau langage scénique à une époque complexe marquée par l'onde de choc de la Shoah, Hiroshima et Nagasaki... La pensée de nombreux philosophes de Blaise Pascal à Alain Badiou en passant par François Noudelmann et Clément Rosset s'avère alors précieuse pour analyser cet oxymore théâtral qu'est la dramaturgie beckettienne.
Type de document :
Article dans une revue
Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.55-68
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [2 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.univ-brest.fr/hal-01087603
Contributeur : Bleuenn Bourhis <>
Soumis le : mercredi 26 novembre 2014 - 13:54:38
Dernière modification le : jeudi 29 novembre 2018 - 16:15:59
Document(s) archivé(s) le : vendredi 27 février 2015 - 12:10:52

Fichier

cc8 5Robin.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01087603, version 1

Collections

Citation

Thierry Robin. La langue, la bouche, la voix : vecteurs d'un plaisir paradoxal dans le théâtre atrabilaire de Beckett ?. Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.55-68. 〈hal-01087603〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

191

Téléchargements de fichiers

244