Baudelaire ou « l'Aloïsius Bertrand de la Décadence » - Université de Bretagne Occidentale Access content directly
Book Sections Year : 2014

Baudelaire ou « l'Aloïsius Bertrand de la Décadence »

Abstract

Sur la couverture d'un dossier contenant des articles nécrologiques sur Baudelaire, Sainte-Beuve a inscrit une formule qu'il a entourée d'un trait de plume, comme si elle était son verdict définitif sur l'oeuvre du poète défunt : « Baudelaire, dans l'art romantique, c'est l'Aloïsius Bertrand [sic] de la Décadence 1. » Dans un article du 20 janvier 1862, il avait situé Baudelaire « à la pointe extrême du Kamtschatka romantique », dans « un kiosque bizarre, fort orné, fort tourmenté », qu'il avait appelé « la folie Baudelaire » et qui représentait allégoriquement le caractère décadent de la poésie baudelairienne 2. En le considérant comme « l'Aloïsius Bertrand de la Décadence », il fait écho à la lettre-préface du Spleen de Paris, publiée pour la première fois dans La Presse le 26 août 1862 : Baudelaire y reconnaît l'auteur de Gaspard de la Nuit comme son « mystérieux et brillant modèle », tout en ajoutant qu'il a choisi pour ses poèmes en prose une autre thématique, « la description de la vie moderne, ou plutôt d'une vie moderne », celle qu'on mène dans les « villes énormes » et qui reflète à ses yeux, non les progrès de l'humanité, mais sa déchéance. En se référant à Aloysius Bertrand, l'inventeur du poème en prose, pour définir le talent
Fichier principal
Vignette du fichier
II, 6.pdf (236.84 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04009245 , version 1 (01-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04009245 , version 1

Cite

Yann Mortelette. Baudelaire ou « l'Aloïsius Bertrand de la Décadence ». André Guyaux et Henri Scepi. Lire "Le Spleen de Paris" de Baudelaire, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, pp.97-111, 2014, 978-2-84050-973-8. ⟨hal-04009245⟩
4 View
7 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More