Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Journal articles

Voix impénétrables et tissage des voix dans "Ghostwritten" de David Mitchell (1999)

Résumé : Hélène Machinal décrit avec minutie l’architecture narrative d’un roman urbain de David Mitchell qui juxtapose neuf voix et neuf séquences d’une histoire « mondialisée » dont les ingrédients essentiels sont des fantômes et une intelligence artificielle chargée de surveiller le monde de manière secrète, sans que le lecteur sache, à la fin, si tout ceci a été affabulation ou réalité, la « voix originelle » restant indéterminée. L’accès « défendu » à la clé narrative déstabilise ainsi l’imaginaire identitaire du lecteur lui-même, dans la tradition du roman fantastique, qui fut aussi celle du théâtre baroque.
Mots-clés : David Mitchell Voix
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-brest.fr/hal-01087712
Contributor : BLEUENN BOURHIS Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, February 16, 2015 - 8:28:53 AM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 2:22:52 PM
Long-term archiving on: : Friday, September 11, 2015 - 11:20:30 PM

File

cc8 14Machinal.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01087712, version 1

Collections

Citation

Hélène Machinal. Voix impénétrables et tissage des voix dans "Ghostwritten" de David Mitchell (1999). Les Cahiers du CEIMA, 2012, Voix défendues, 8, pp.175-195. ⟨hal-01087712⟩

Share

Metrics

Record views

104

Files downloads

151