Internal, imaginary and ontological exile in Peter Urpeth’s Far Inland (2006)

Résumé : À travers l’étude du roman Far Inland (2006) de Peter Urpeth, cet article se propose d’examiner les modalités de réécriture de l’éternelle polarité entre île et ville, magie et réel, origine et exil. L’étude du roman permettra d’aborder les questions de rupture, d’errance, de solitude (subie et choisie) et de solipsisme soulevées lors du colloque. Ainsi Far Inland, roman insulaire, vient déterritorialiser les notions d’exil et de retour, faisant de la rencontre entre l’être et l’espace clos de l’origine le lieu d’une exploration non seulement géographique et temporelle, mais aussi et surtout spirituelle. L’auteur renonce aux modèles pour amorcer en rêve le retour vers une autre Écosse, pré-chrétienne et ré-enchantée. Cette dernière peut constituer une nouvelle proposition identitaire fondée sur le chamanisme inuit et une certaine forme, complexe, de nomadisme ontologique. Cette proposition, dont on tentera d’évaluer la validité, sera mise en perspective avec le processus de réinvention de l’Écosse largement initié en littérature écossaise contemporaine à travers la recherche de nouvelles surfaces d’inscription et de nouveaux territoires existentiels.
Type de document :
Article dans une revue
Etudes écossaises, ELLUG, 2010, Exil et retour, 13, pp.169-176. 〈http://etudesecossaises.revues.org/235〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01114796
Contributeur : Emmanuelle Bourge <>
Soumis le : mardi 10 février 2015 - 08:52:39
Dernière modification le : mardi 20 février 2018 - 09:30:08

Identifiants

  • HAL Id : hal-01114796, version 1

Collections

Citation

Camille Manfredi. Internal, imaginary and ontological exile in Peter Urpeth’s Far Inland (2006). Etudes écossaises, ELLUG, 2010, Exil et retour, 13, pp.169-176. 〈http://etudesecossaises.revues.org/235〉. 〈hal-01114796〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

109