Le Notre Père en breton : quatre siècles de variation - Université de Bretagne Occidentale Access content directly
Journal Articles Bulletin de la Société archéologique du Finistère Year : 2019

Le Notre Père en breton : quatre siècles de variation

Abstract

La première traduction du Pater Noster en breton dont nous avons conservé la trace écrite date de 1576 ; elle avait été publiée en moyen-breton sous une forme versifiée par un prêtre de l'évêché de Cornouaille, Gilles de Kerampuil. D'autres traductions suivirent, comme celles publiées le père Julien Maunoir en 1659 dans son Sacré Collège de Jésus, Monseigneur de Ploeuc dans son Rituale Corisopitense de 1722, Le Gonidec dans son Katekiz historik (1826), l'abbé Talgorn dans Tenzor ar Gristenien (1840), l'abbé Henry dans ses Kanaouennou Santel de 1842 et 1865, l'abbé Calvez dans ses deux ouvrages "An ene fervant" et "Ar mysteriou" (1838 et 1843), et bien d'autres encore, jusqu'à l'Ordinal an overenn de 1965. L'examen de ces différentes versions permet de percevoir que les variations du texte, nombreuses, ont cependant été de peu d'amplitude, et surtout de constater l'existence de deux traditions parallèles au cours des quatre derniers siècles, l'une en Cornouaille, l'autre en Léon et en Trégor. C'est la conclusion à laquelle aboutissait le chanoine Pierre-Jean Nédelec, dans un article inachevé : « Le Pater en breton, quatre siècles de variation », publié en 1978 dans la revue Kaierou Kenvreueiez ar Brezoneg. Nous présentons ici une nouvelle édition de l'article original, enrichie de nombreuses notes.
No file

Dates and versions

hal-04559206 , version 1 (25-04-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04559206 , version 1

Cite

Pierre-Jean Nédelec, Herve Queinnec. Le Notre Père en breton : quatre siècles de variation. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 2019, 147, pp.301-309. ⟨hal-04559206⟩
5 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More