Célestin Lainé et le breton : la langue pour le combat

Sébastien Carney 1
1 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
UBO - Université de Brest, IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société
Résumé : Célestin Lainé et le breton : l’association ne coule pas de source pour qui connaît un peu le personnage. De ce militant nationaliste breton on sait surtout qu’il fit en 1932 exploser à Rennes le monument symbolisant le rattachement de la Bretagne à la France ; et qu’il leva dès avant la Seconde Guerre mondiale une petite armée bretonne, plus tard baptisée « Bezen Perrot », après la mort de l’abbé du même nom en 1943. Cette armée participa activement aux côtés des troupes allemandes à plusieurs opérations meurtrières contre la Résistance, ce qui valut à Lainé ainsi qu’à certains de ses hommes d’être condamnés à mort par contumace pour intelligence avec l’ennemi en 1946. Dans la précipitation de l’action, la fureur des explosions, des coups de feu et des cris, on entend mal le breton s’exprimer, si ce n’est – l’anecdote a été maintes fois rebattue – à l’étonnement des Résistants et populations civiles bretonnes entendant ceux qu’ils prenaient à leur uniforme pour des « soldats allemands » parler le breton entre eux.
Type de document :
Article dans une revue
La Bretagne Linguistique, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2011, pp.151-197
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01548208
Contributeur : Véronique Le Gall <>
Soumis le : mardi 27 juin 2017 - 11:55:36
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:12:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01548208, version 1

Collections

Citation

Sébastien Carney. Célestin Lainé et le breton : la langue pour le combat . La Bretagne Linguistique, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2011, pp.151-197. 〈hal-01548208〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39