Influence du « head-tracking » sur l’externalisation en écoute binaurale non-individualisée

Etienne Hendrickx 1, * Peter Stitt 2 Jean-Christophe Messonnier 3 Jean-Marc Lyzwa 3 Brian F. G. Katz 4 Catherine De Boishéraud 3
* Auteur correspondant
1 Lab-STICC_UBO_CID_IHSEV
Lab-STICC - Laboratoire des sciences et techniques de l'information, de la communication et de la connaissance
2 Audio Acoustique
LIMSI - Laboratoire d'Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l'Ingénieur
4 IJLRDA-LAM - Lutheries - Acoustique - Musique
DALEMBERT - Institut Jean Le Rond d'Alembert
Résumé : La reproduction binaurale a pour but de récréer une scène sonore réaliste aux oreilles de l’auditeur, à l’aide d’un casque audio. Malheureusement, plusieurs études montrent une baisse de l’externalisation lorsque des sujets écoutent des contenus binauraux avec HRTFs non-individualisées : les sources sonores sont souvent perçues à l’intérieur de la tête, alors qu’elles devraient être localisées à l’extérieur de la tête. La présente étude examine si de larges mouvements de tête couplés à un système de « head-tracking » peuvent compenser cette baisse d’externalisation. Pour chaque présentation, un stimulus (voix d’homme) était présenté au casque à divers azimuts, avec différents HRTFs non-individualisés pour le rendu binaural. Le « head-tracker » pouvait être soit actif, soit inactif, et les sujets devaient soit bouger la tête, soit rester immobiles. Après chaque présentation, les sujets devaient évaluer le degré d’externalisation perçu. Contrairement à plusieurs études précédentes, les résultats ont montré que de larges mouvements de tête peuvent considérablement améliorer l’externalisation, et que cette externalisation persiste quand bien même le sujet a cessé de bouger la tête. Ces résultats ont été obtenus avec des sujets experts et naïfs. Une autre expérience a été menée, dans laquelle les rôles étaient inversés : cette fois-ci, les sujets gardaient la tête fixe tandis que les sources sonores tournaient automatiquement autour d’eux. Les résultats ont montré que de tels mouvements de sources peuvent également améliorer l’externalisation, mais dans une moindre mesure que les mouvements de tête.
Type de document :
Poster
3èmes Journées Perception Sonore, Jun 2017, Brest, France. 2017, 〈http://www.univ-brest.fr/JPS2017〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01543693
Contributeur : Vincent Koehl <>
Soumis le : mercredi 21 juin 2017 - 11:07:09
Dernière modification le : mercredi 21 mars 2018 - 18:58:23
Document(s) archivé(s) le : dimanche 17 décembre 2017 - 18:23:21

Fichier

poster_JPS.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01543693, version 1

Citation

Etienne Hendrickx, Peter Stitt, Jean-Christophe Messonnier, Jean-Marc Lyzwa, Brian F. G. Katz, et al.. Influence du « head-tracking » sur l’externalisation en écoute binaurale non-individualisée. 3èmes Journées Perception Sonore, Jun 2017, Brest, France. 2017, 〈http://www.univ-brest.fr/JPS2017〉. 〈hal-01543693〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

315

Téléchargements de fichiers

85