La Renaissance tardive en Allemagne du Nord : l’exemple du duché de Brunswick-Wolfenbüttel sous les règnes de Julius et Heinrich-Julius (1568-1613)

Jean-Luc Le Cam 1
1 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
UBO - Université de Brest, IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société
Résumé : Cette contribution examine à partir de l’exemple du duché de Brunswick-Wolfenbüttel en Allemagne du Nord, comment la Renaissance et l’humanisme ont pu avoir, grâce à un rattrapage significatif dans la seconde moitié du XVIe siècle, des effets tout à fait profonds et déterminants sur ces espaces qui étaient restés largement à l'écart de la première vague de renouveau culturel et artistique. En premier lieu, l’article analyse les raisons du retard de cette région à intégrer les manifestations de la Renaissance artistique et intellectuelle. Puis il insiste sur le rôle indirect que la Réforme a joué dans l’importation des acquis de la Renaissance, notamment lors du règne du premier duc protestant, Jules, de 1568 à 1589, période charnière dans cette évolution. Enfin, le regard se porte plus précisément et plus longuement sur l’apogée tardive de la Renaissance dans le duché, stimulée par la politique et la personnalité du duc Henri-Jules (1589-1613), et s’attache à souligner quelques caractères et modalités propres à leur expression dans cette région. Les données fondamentales de la démographie, de la croissance urbaine et des échanges commerciaux ne peuvent expliquer l’irruption tardive de la Renaissance dans le Brunswick. Certes les échanges croissants avec les Pays Bas proches ont favorisé l’irruption de nouvelles influences en architecture, peinture, musique, ainsi que dans la République des Lettres. Mais ce sont surtout les capacités institutionnelles et financières de l’Etat princier et ses sphères d’action qui ont radicalement changé du début à la fin du siècle. La maison de Brunswick-Wolfenbüttel connaît alors, dans ce petit quart de siècle à cheval sur 1600, son apogée en termes de puissance et de développement territorial, de reconnaissance au niveau de l’Empire, de capacité d’influence culturelle et intellectuelle par son Eglise, ses écoles et son université de Helmstedt, rayonnant sur toute la Basse-Saxe. L’équation personnelle des deux premiers souverains protestants, surtout du second, Henri-Jules, a permis de potentialiser ces atouts pour permettre à une Renaissance et à un humanisme tardifs de jeter leurs plus beaux feux au tournant des deux siècles. Ceci confirme l’importance des engouements aristocratiques et princiers pour la diffusion des valeurs et de l’esthétique de la Renaissance, ce qui n’empêchait pas des catégories sociales plus larges de participer aussi au mouvement dans leur sillage.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Lioudmila Chvedova, Michel Deshaies, Stanislaw Fiszer et Marie-Sol Ortola,. La Renaissance en Europe dans sa diversité, Tome 3, Groupe XVIe et XVIIe siècles en Europe, Université de Lorraine, pp.199-221, 2015, Circulation des hommes, des idées et des biens, héritages
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01169949
Contributeur : Véronique Le Gall <>
Soumis le : mardi 30 juin 2015 - 15:21:08
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:12:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01169949, version 1

Collections

Citation

Jean-Luc Le Cam. La Renaissance tardive en Allemagne du Nord : l’exemple du duché de Brunswick-Wolfenbüttel sous les règnes de Julius et Heinrich-Julius (1568-1613). Lioudmila Chvedova, Michel Deshaies, Stanislaw Fiszer et Marie-Sol Ortola,. La Renaissance en Europe dans sa diversité, Tome 3, Groupe XVIe et XVIIe siècles en Europe, Université de Lorraine, pp.199-221, 2015, Circulation des hommes, des idées et des biens, héritages. 〈hal-01169949〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65