Des traces éphémères aux lettres du désert

Abstract : S’éloignant de la figure du vide que l’imaginaire du désert mobilise souvent, R. Bouvet privilégie plutôt, d’une part, les traces fragiles laissées par le nomade sur son territoire : « l’empreinte, le vestige, mais aussi la trace mémorielle laissée par la parole, le poème, transmise de génération en génération, une trace que l’écriture tente de rappeler, de fixer, malgré les paradoxes que cette situation engendre ». D’autre part, elle aborde la figure de l’anachorète, qui voit dans le désert l’espace symbolique de la parole divine et un lieu dont la rigueur le prépare à la transfiguration. Les oeuvres de Flaubert, Pierre Loti, Jean Marcel, Jacques Lacarrière et André Chédid lui fournissent un corpus d’analyse d’une grande richesse.
Mots-clés : désert lettres traces
Type de document :
Article dans une revue
Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2013, Trace humain, 9, pp.155-170
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.univ-brest.fr/hal-01117989
Contributeur : Bleuenn Bourhis <>
Soumis le : vendredi 20 février 2015 - 13:06:00
Dernière modification le : samedi 21 février 2015 - 01:00:21
Document(s) archivé(s) le : jeudi 21 mai 2015 - 10:26:20

Fichier

3a_Ceima9_Bouvet.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01117989, version 1

Collections

Citation

Rachel Bouvet. Des traces éphémères aux lettres du désert. Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2013, Trace humain, 9, pp.155-170. 〈hal-01117989〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

169

Téléchargements de fichiers

511