Le sociologue et le documentariste au travail : points de vue comparés sur les paysans

Résumé : La caméra a le pouvoir de capter les micro-événements et les émotions. Elle est de ce fait un outil puissant qui peut " grossir et densifier le réel " (de Latour, Morel, 1993). L'usage d'une caméra conduit dès lors à développer une méthodologie spécifique et à définir le statut du film dans la recherche en sciences sociales. Notre contribution cherche à délimiter les contours d'un film de recherche, et se propose d'une part d'éclairer les transformations produites lors du passage de l'enquête de terrain en sciences sociales à la réalisation d'un film de recherche et d'autre part de faire émerger ce qui fonde la spécificité d'un film de chercheur au regard d'un documentaire. Réaliser un film est une activité, qui impose ses rythmes et des espaces multiples de travail, met face à des conditions de production multiples (moyens techniques, financiers et humains) et mobilise des compétences et des savoir-faire spécifiques. L'activité filmique suppose des apprentissages, des expériences qui s'inscrivent dans des temporalités de longue durée et s'appuient sur des collectifs multiples. Nous avons comparé les démarches d'enquête des documentaristes et des sociologues, pour en saisir les convergences et les divergences dans la réalisation d'un film. Nous nous appuyons sur des entretiens et des observations réalisés auprès de documentaristes d'une part et de sociologues et d'ethnologues d'autre part, ainsi qu'avec un couple sociologuedocumentariste. Leurs films explorent une figure en marge du travail salarié, celle du paysan. Révélée par les enquêtes et par les films, cette figure est loin d'être univoque, et ouvre sur des perspectives plurielles : travail de la terre, intimité et solitude, rejet du travail capitaliste, dénonciation/démonstration des dérives du productivisme agricole, altermondialisation,... Nous nous intéresserons dans un premier temps aux définitions des notions de sujet/objet/terrain, et aux significations et aux propriétés dont elles sont dotées dans leurs champs professionnels respectifs. Cette question est liée à celle du choix des terrains d'enquêtes et de leur accès, et éclaire ce qui se joue quand on puise dans ses réseaux personnels, quand on filme au gré des rencontres ou quand se construit un rapport au terrain médiatisé par une construction d'objet d'enquête. En second lieu sera traitée la maîtrise des contraintes techniques et matérielles spécifiques à la réalisation d'un film (disponibilité des équipes, financement des déplacements et des équipements, temporalités des tournages, techniques de la prise de son, des lumières, ...). Nous verrons les manières diversifiées de faire face à ces contraintes, les apprentissages et les acquisitions qu'elles mettent en oeuvre, et comment un temps long et souple de la recherche se plie à un rythme contraint et planifié. Dans un troisième temps nous aborderons l'étape du montage du film, qui procède de choix tantôt évidents, tantôt ardus à opérer et cruciaux. Nous verrons dans quelle mesure la finalité du film, le public auquel il s'adresse, les justifications au regard des mondes professionnels participent au découpage et à l'assemblage des séquences de l'oeuvre. Nous proposerons ainsi une description précise de l'activité filmique des documentaristes et des chercheurs, au regard des registres d'action qu'elles mobilisent, de son rythme, et de son organisation. Nos résultats donnent à voir comment se construit en cours de film le rapport à l'objet chez des documentaristes et des chercheurs en sciences sociales ayant choisi des objets/sujets/terrains similaires, et comment les objets de leurs enquêtes se déplacent en cours d'investigation et au fur et à mesure de la progression du film. Plutôt qu'une opposition entre le documentariste et le chercheur, nos résultats montrent des tensions au coeur de la réalisation et la pluralité des rapports à l'oeuvre, du projet au film.
Type de document :
Communication dans un congrès
Images du travail. Travail des images, Nov 2009, Poitiers, France
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-00680968
Contributeur : Violaine Garguilo <>
Soumis le : mardi 20 mars 2012 - 14:58:19
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 11:46:18

Identifiants

  • HAL Id : hal-00680968, version 1

Collections

Citation

Christèle Dondeyne. Le sociologue et le documentariste au travail : points de vue comparés sur les paysans. Images du travail. Travail des images, Nov 2009, Poitiers, France. 〈hal-00680968〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

152