Explorer la variation en breton grâce à la dialectométrie : la Basse-Bretagne considérée par la distance linguistique - Université de Bretagne Occidentale Access content directly
Journal Articles La Bretagne Linguistique Year : 2017

Exploring variation in Breton through dialectometry: Lower Brittany considered from the linguistic distance perspective

Explorer la variation en breton grâce à la dialectométrie : la Basse-Bretagne considérée par la distance linguistique

Tanguy Solliec

Abstract

Dialectometry is a method of comparing data from different varieties of a language and assessing the degree of similarity by calculating the distance between them. In the case of Breton, this approach has been applied to data from the Nouvel Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne (Le Dû, 2001) through making new use of the Damerau-Levenshtein distance, which not only establishes linguistic distance but shows the different operations involved (Brun-Trigaud, 2014). This technique, whose workings are explained in the article, was applied in an exploratory approach to a sample of data, delimited to the centre of the Breton-speaking area, drawn from the NALBB. The many resulting transformation operations formed an analysable sub-corpus. This information was exploited to report the phenomena that underpin linguistic distance in this space. The detailed analysis showed a clear separation of the main results into three categories: vowels, rhotic consonants and non-rhotic consonants. Their respective importance varied within the material analysed, but all were organised according to the Pareto principle. In addition, an examination of these transformations identified several trends in the Breton dialects of Central Brittany, namely vowel centralisation, strength of tonic accent and variation in the realisation of rhotics.
La dialectométrie est une méthode qui permet de comparer les données de différentes variétés au sein d’une même langue et d’en évaluer le degré de similarité en calculant une distance entre elles. Dans le cas du breton, cette approche a pu être mise en œuvre sur les données du Nouvel atlas linguistique de la Basse-Bretagne (Le Dû, 2001) en s’appuyant sur un nouvel usage de la distance de Damerau-Levenshtein qui outre, l’établissement de la distance linguistique, retourne les différentes opérations utilisées pour y parvenir (Brun-Trigaud, 2014). Cette technique, dont le fonctionnement est expliqué dans l’article, a été appliquée dans une démarche exploratoire à un échantillon de données provenant du NALBB mais limité au centre du domaine bretonnant. Nombre d’opérations de transformations ont ainsi été rassemblées et constituent dès lors un sous-corpus à analyser. Ces informations ont été exploitées de telle sorte à ce qu’elles rendent compte des phénomènes à l’origine de la distance linguistique dans cet espace. L’analyse détaillée montre un partage net des principaux résultats entre trois catégories : celle des voyelles, celle des consonnes rhotiques et celle des consonnes non-rhotiques. Leur importance respective varie au sein du matériel analysé mais toutes s’organisent selon le principe de Pareto. En outre, l’examen de ces transformations permet de repérer plusieurs tendances à l’œuvre dans les parlers bretons du Centre Bretagne : centralisation des voyelles, force de l’accentuation tonique et variation dans la réalisation des rhotiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
lbl-307.pdf (993.2 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02930224 , version 1 (04-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02930224 , version 1

Cite

Tanguy Solliec. Explorer la variation en breton grâce à la dialectométrie : la Basse-Bretagne considérée par la distance linguistique. La Bretagne Linguistique, 2017, 21, pp.29-61. ⟨hal-02930224⟩
189 View
76 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More