Skip to Main content Skip to Navigation
Books

L’Ironie de l’Histoire. Pour une grammaire du phénomène totalitaire

Fabrice Bouthillon 1
1 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
UBO - Université de Brest, IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société, CRBC - Centre de recherche bretonne et celtique
Résumé : L’histoire politique de la France au XIXe siècle est dominée par les conséquences de l’impuissance des hommes de 89 à faire accepter à tous les Français le nouveau contrat social au nom duquel ils avaient déchiré celui de l’Ancien Régime. La caractéristique politique principale du siècle est donc la guerre civile, ouverte ou larvée, entre la Gauche et la Droite, causée par cette vacance de la légitimité, qui provoque par compensation le surgissement de légitimismes irréconciliables entre eux, dont les plus notoires furent le monarchiste, le bonapartiste et le républicain. Pour durer, les différents gouvernements qui se succèdent sont donc obligés de s’établir au Centre, soit par exclusion des extrêmes, sur le modèle de l’orléanisme, soit par l’addition de ceux-ci, sur le modèle du bonapartisme, sans qu’aucune de ces deux options réussisse à rétablir la légitimité. La IIIe République n’échappe pas plus que les pouvoirs précédents à cette loi d’airain. Prétendument de Gauche, elle est en fait un centrisme par exclusion des extrêmes, d’essence orléaniste, qui reste jusqu’en 1914 contesté par des oppositions virulentes à Droite comme à Gauche, tandis que se rallument des formes larvées de guerre civile, comme à l’époque de l’Affaire Dreyfus ou de la Séparation. Au moment du boulangisme, qui, réalisant lui aussi l’addition d’une valeur extrême de la Gauche, l’appel plébiscitaire au peuple, et d’une valeur extrême de la Droite, l’aspiration autoritaire à un pouvoir fort, s’inscrit à certains égards dans la descendance du bonapartisme, on voit très bien aussi se dessiner déjà les linéaments de la future synthèse totalitaire, qui ne peut donc être comprise que sur l’arrière-plan de la séparation de la Gauche et de la Droite intervenue en 1789, et restée béante jusqu’en 1914. Ce qui explique que la France, au XXe siècle, en ait été relativement immune, c’est que, seule sur le continent, elle a obtenu en 1918 la sanction de la victoire pour la fusion de la Gauche et de la Droite survenue en 1914 dans l’Union sacrée : l’espace politique nécessaire à l’épanouissement d’un totalitarisme était dès lors chez elle refermé.
Document type :
Books
Complete list of metadatas

https://hal.univ-brest.fr/hal-02617041
Contributor : Véronique Le Gall <>
Submitted on : Monday, May 25, 2020 - 9:39:30 AM
Last modification on : Wednesday, May 27, 2020 - 3:38:45 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02617041, version 1

Citation

Fabrice Bouthillon. L’Ironie de l’Histoire. Pour une grammaire du phénomène totalitaire. Dialogues, Tome I, pp.350, 2018, L’Illégitimité de la République. ⟨hal-02617041⟩

Share

Metrics

Record views

14