Kirikou et la sorcière : de l'écran à l'encre

Résumé : Nous interrogeons dans cet article les novellisations pour jeunes enfants et plus particulièrement les novellisations sous forme d’albums. L’étude comparée de Kirikou et la Sorcière, film d’animation du cinéaste français Michel Ocelot, suivi d’un album au titre éponyme nous permet d’explorer ces œuvres intermédiales dans leurs différences et dans leur complémentarité. L’album Kirikou et la Sorcière établit-il une relation dynamique et dynamisante avec le film ? Qu’apporte chaque œuvre distinctement de l’autre ? Le film et le livre s’adressent-ils aux mêmes tranches d’âge ou y a-t-il diversification, voire divergence sémantique à l’intention de publics distincts ? Nous proposons par conséquent de considérer pleinement le film. Nous nous appuierons sur la typologie des quatre degrés de signification des films établie par David Bordwell dans Making Meaning (1991) pour étudier le film d’animation Kirikou et la sorcière et déterminer conséquemment dans une approche comparée les différents degrés de signification de l’album.
Type de document :
Article dans une revue
Interférences littéraires/Literaire interferenties, 2013, L'encre et l'écran à l'oeuvre, 11, pp.115-129. 〈http://www.interferenceslitteraires.be/node/259〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01113443
Contributeur : Emmanuelle Bourge <>
Soumis le : jeudi 5 février 2015 - 14:36:47
Dernière modification le : mardi 20 février 2018 - 16:22:47

Identifiants

  • HAL Id : hal-01113443, version 1

Collections

Citation

Isabelle Le Corff, Véronique Bourhis. Kirikou et la sorcière : de l'écran à l'encre. Interférences littéraires/Literaire interferenties, 2013, L'encre et l'écran à l'oeuvre, 11, pp.115-129. 〈http://www.interferenceslitteraires.be/node/259〉. 〈hal-01113443〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

154