Patrick White, un écrivain passéiste ou un irritant salutaire du « progressisme » nationaliste australien ?

Résumé : Cet ouvrage propose d’explorer les relations entre littérature et tradition en contexte postcolonial, tout en interrogeant les grands principes qui ont guidé jusqu’ici les études postcoloniales, en particulier la prégnance de l’activisme politique au cœur du travail de représentation littéraire et le lien sous-jacent entre rupture politique et innovation poétique. Qu’en est-il des auteurs qui choisissent de ne pas revendiquer et des œuvres qui ne relèvent pas de la littérature de combat ?
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Cécile Girardin et Philip Whyte. Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales, Presses Universitaires de Rennes, pp.167-177, 2014, Interférences, 9782753528376. 〈http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3370〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-01122312
Contributeur : Emmanuelle Bourge <>
Soumis le : mardi 3 mars 2015 - 15:51:42
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:26:08

Identifiants

  • HAL Id : hal-01122312, version 1

Collections

Citation

Anne Le Guellec-Minel. Patrick White, un écrivain passéiste ou un irritant salutaire du « progressisme » nationaliste australien ?. Cécile Girardin et Philip Whyte. Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales, Presses Universitaires de Rennes, pp.167-177, 2014, Interférences, 9782753528376. 〈http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3370〉. 〈hal-01122312〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

62