Voix impénétrables et tissage des voix dans "Ghostwritten" de David Mitchell (1999)

Résumé : Hélène Machinal décrit avec minutie l’architecture narrative d’un roman urbain de David Mitchell qui juxtapose neuf voix et neuf séquences d’une histoire « mondialisée » dont les ingrédients essentiels sont des fantômes et une intelligence artificielle chargée de surveiller le monde de manière secrète, sans que le lecteur sache, à la fin, si tout ceci a été affabulation ou réalité, la « voix originelle » restant indéterminée. L’accès « défendu » à la clé narrative déstabilise ainsi l’imaginaire identitaire du lecteur lui-même, dans la tradition du roman fantastique, qui fut aussi celle du théâtre baroque.
Mots-clés : David Mitchell Voix
Type de document :
Article dans une revue
Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.175-195
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [8 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.univ-brest.fr/hal-01087712
Contributeur : Bleuenn Bourhis <>
Soumis le : lundi 16 février 2015 - 08:28:53
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:26:08
Document(s) archivé(s) le : vendredi 11 septembre 2015 - 23:20:30

Fichier

cc8 14Machinal.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01087712, version 1

Collections

Citation

Hélène Machinal. Voix impénétrables et tissage des voix dans "Ghostwritten" de David Mitchell (1999). Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.175-195. 〈hal-01087712〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

142

Téléchargements de fichiers

195