Voix défendues, langues oubliées, accents reconnus chez Balys Sruoga, Romain Gary, Primo Levi

Résumé : Thomas Buckley reprend l’idée de Michel Foucault sur la voix coupable et celle de Danier Heller-Roazen sur la langue maternelle comme censure des autres langues, et montre, à partir de trois écrivains de la résistance et de la déportation (Balys Sruoga, Romain Gary et Primo Levi), comment peut faire survivre, dans une situation d’oppression (guerre, déportation, racisme, animalisation), la voix résistante, affirmant une appartenance indéfectible à des valeurs qui le plus souvent prennent leur source en-deçà des identités coercitives du « shibboleth ».
Type de document :
Article dans une revue
Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.165-173
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [4 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.univ-brest.fr/hal-01087702
Contributeur : Bleuenn Bourhis <>
Soumis le : lundi 16 février 2015 - 08:27:23
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:26:08
Document(s) archivé(s) le : vendredi 11 septembre 2015 - 23:20:16

Fichier

cc8 13Buckley.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01087702, version 1

Collections

Citation

Thomas Buckley. Voix défendues, langues oubliées, accents reconnus chez Balys Sruoga, Romain Gary, Primo Levi. Les Cahiers du CEIMA, Centre d'études interdisciplinaires du monde anglophone (Université de Brest), 2012, Voix défendues, 8, pp.165-173. 〈hal-01087702〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

176

Téléchargements de fichiers

693