La décohabitation partielle : un moyen de renégocier la relation conjugale ?

Gilda Charrier 1 Marie-Laure Déroff 1, 2, *
* Auteur correspondant
2 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société, UBO - Université de Brest
Résumé : La vie conjugale est une vie à deux. Pourtant, certains couples connaissent des formes de décohabitation partielle, alternant vie commune et séparation, sans que la situation mette en cause le modèle dominant. L'un des conjoints (souvent l'homme) s'absente régulièrement alors que l'autre (la femme) garde le foyer. Les raisons d'une telle situation sont présentées comme liées à des contraintes ou à des opportunités professionnelles, acceptées au nom de l'intérêt commun. Néanmoins, cela peut donner l'occasion de (re)négocier la relation à l'autre ou à soi-même. Les modalités de la décohabitation varient selon qu'il s'agit d'un mode de vie ou d'un événement de carrière et contribuent par là même à (re)définir les conditions de la vie conjugale, en mettant plus ou moins l'accent sur la dimension individuelle ou commune de la vie au quotidien.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers du Genre, L'harmattan, 2006, pp.99-115
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-00496028
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : mardi 29 juin 2010 - 15:03:13
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:12:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-00496028, version 1

Collections

Citation

Gilda Charrier, Marie-Laure Déroff. La décohabitation partielle : un moyen de renégocier la relation conjugale ?. Cahiers du Genre, L'harmattan, 2006, pp.99-115. 〈hal-00496028〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

201