Une politique de l'ironie : Thomas Mann, considérations d'un apolitique.

Fabrice Bouthillon 1, *
* Auteur correspondant
1 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société, UBO - Université de Brest
Résumé : Thomas Mann, s'il n'a jamais été ni nazi, ni stalinien, par un rare privilège dans un siècle ou l'antinazisme a si souvent été justifié par le communisme, et l'anticommunisme, le ralliement à Hitler, ne l'a certes pas dû à la répudiation de la position qu'il avait faite sienne dans les Considérations d'un apolitique (1918), mais au contraire, à la fidélité qu'il lui a conservée : prémuni, par sa distance ironique envers la barbarie, contre l'attirance que Hitler pouvait susciter comme visage de la Droite pure, il était également protégé contre le charme que le nazisme pouvait aussi jeter en sa qualité de centrisme, parce qu'il avait déjà réconcilié pour lui-même les valeurs de la Gauche avec celles de la Droite, au sein de son ironie.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Fañch Postic. Bretagne du coeur aux lèvres : Mélanges offerts à Donatien Laurent., Presses Universitaires de Rennes (http://www.pur-editions.fr/), pp.279-286, 2009
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-00461701
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : vendredi 5 mars 2010 - 14:16:22
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:12:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-00461701, version 1

Collections

Citation

Fabrice Bouthillon. Une politique de l'ironie : Thomas Mann, considérations d'un apolitique.. Fañch Postic. Bretagne du coeur aux lèvres : Mélanges offerts à Donatien Laurent., Presses Universitaires de Rennes (http://www.pur-editions.fr/), pp.279-286, 2009. 〈hal-00461701〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

196