Nouvelle société, nouvelles familles : nouvelle personnalité de base ? : De la personnalité névrotique à la personnalité narcissico-hédoniste.

Alain Lazartigues 1 Pascale Planche 1, 2, * Stéphane Saint-André 1 Humberto Morales
* Auteur correspondant
2 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
UBO - Université de Brest, IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société
Résumé : Les changements économiques et sociaux ont été considérables au cours des trente dernières années. On constate le désengagement de l'Etat dans le lien d'alliance, une modification importante de la conjugalité privatisée et précarisée, les rapports de genre transformés, de nouvelles conditions d'avènement de l'enfant dans le couple – enfant programmé et privé - et un bouleversement de la parentalité dont les repères juridiques, symboliques et les pratiques ont beaucoup évolué. Ces nouvelles coordonnées de la famille, centrées maintenant sur le consensus à la place de l'autorité pour organiser les rapports entre ses membres, sur l'hédonisme en lieu et place du devoir comme valeur centrale, avec un enfant du désir, reconnu d'emblée dans son individualité - « le bébé est une personne » -, enfant fait « pour soi et pour lui », élevé dans un environnement où la place croissante des médias peut les faire comparer à un « troisième parent », conduisent à une structuration de la psyché de l'enfant qui n'est plus sur le modèle névrotique. En s'appuyant sur les travaux d'anthropologues, nous proposons l'hypothèse d'une nouvelle personnalité de base, traduction des nouveaux repères de la société et de la famille et conséquences des nouvelles pratiques d'éducation des enfants, qui viendrait remplacer la personnalité de base névrotico-normale qui a dominé au cours de la première moitié du XXe siècle. Cette personnalité de base, que nous proposons d'appeler « narcissico-hédoniste », présente des caractéristiques spécifiques, avec une faiblesse des intériorisations, un Surmoi peu efficace, une absence presque totale de culpabilité, un Idéal du moi peu socialisé, évoquant plutôt le Moi idéal de la première enfance, et enfin, une difficulté à « être », à s'éprouver comme un sujet libre. Il en résulte une fragilité narcissique conduisant le sujet à une plus grande dépendance à l'égard des objets externes, une intolérance à la frustration, des difficultés à supporter le délai dans la réalisation des visées pulsionnelles et une recherche de perception et de sensations exacerbée. Le rapport au temps est également modifié, avec un investissement privilégié du présent, un estompage du temps historique. A cette personnalité de base, associée à une nouvelle subjectivité, correspondent, dans les achoppements du développement, des pathologies fréquentes de l'agir, des conduites de dépendance, et des troubles de l'attachement. Cette nouvelle configuration, associant à une nouvelle personnalité de base, des pathologies spécifiques, implique de réinterroger nos pratiques de soins afin de les adapter aux nouveaux patients.
Type de document :
Article dans une revue
Encéphale, Elsevier Masson, 2007, 33 (3), pp.293-299
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-brest.fr/hal-00460499
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : lundi 1 mars 2010 - 14:01:28
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:12:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-00460499, version 1

Collections

Citation

Alain Lazartigues, Pascale Planche, Stéphane Saint-André, Humberto Morales. Nouvelle société, nouvelles familles : nouvelle personnalité de base ? : De la personnalité névrotique à la personnalité narcissico-hédoniste.. Encéphale, Elsevier Masson, 2007, 33 (3), pp.293-299. 〈hal-00460499〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

496